association atnt-18
 

Au service de la médiation entre les technologies actuelles de la communication et les habitants des quartiers politiques de la ville du nord de Paris


"Parents 2.0, quel accompagnement de mon enfant dans l'utilisation des jeux numériques"

Samedi 28 Janvier 2017

Les rendez-vous de la parentalité dans le 18ème .


26 janvier 2017.
Ateliers avec les parents au collège Gerard Philippe. Echanges et mise en pratique avec le collectif "Parents Médiateurs du Numérique3 de l'association ATNT-18
 

Restitution  de l'atelier «  Comment poser des limites, quelles limites, face à l’utilisation des écrans et des jeux numériques ? » 

Au départ de l’atelier, 15 parents sont présents, dont 7 papas, 8 mamans et une maman avec sa fille de 13 ans.

L’animatrice se présente rapidement en indiquant sa posture de médiatrice familiale qui tient compte des besoins des parents mais aussi de ceux de l’enfant face au numérique.
Une maman exprime sa méthode pour fixer des limites, c’est la discussion. Elle prend le temps le temps de parler avec ses enfants et passe une sorte de contrat avec eux. L’animatrice lui fait préciser qu’il s’agit bien d’un dialogue, d’une négociation et pas d’un « chantage » comme disent les adolescents. Une autre maman explique qu’elle contrôle la consommation d’écran en faisant une limite, celle de la batterie. Lorsque la batterie est déchargée, on arrête !

La discussion s’engage alors sur la difficulté, parfois de se faire obéir et les conflits qui peuvent naître de cette question récurrente chez tous les parents, celle de l’autorité. Je rappelle qu’il existe différents types d’autorité et que les enfants d’aujourd’hui obéissent à des valeurs à des normes ou à une expertise tournante qui permet que les générations engagent leur intelligence et partagent leurs savoirs. Car nous assistons à un phénomène inédit ou les jeunes générations initient les plus anciens. Une maman prend la parole, alors pour dire qu’elle a enseigné l’écriture à sa maman qui était illettrée et nous avons pu tomber d’accord sur l’échange qui existe entre parents et enfants dans la construction d’une intelligence collective.

Une maman fait remarquer que les parents qui y arrivent le mieux sont ceux qui sont présents et passent du temps avec leurs enfants. Elle travaille beaucoup et, seule avec 3 enfants elle manque de temps pour proposer d’autres activités à leurs enfants.
L’animatrice rappelle que la qualité de présence et souvent plus importante que la quantité d’heure passées en compagnie de son enfant, même si tous tombent d’accord que nous manquons de temps familial, globalement. 

Les échangent se poursuivent, d’autres parents et professionnels nous ont rejoints. Les intervenants d’autres ateliers sont disponibles pour répondre à des questions plus techniques mais les parents continuent à échanger sur leurs expériences personnelles. Chacun prendra la parole pour expliquer ses interrogations.


Ce qui se dégage de ces échanges c’est la culpabilité très forte que portent les parents, tous se sentent incompétents ou simplement dépassés. Tous sont réfractaire au numérique et pourtant lui font une place, par la force des choses.

L’animatrice propose un regard plus positif sur les jeux vidéo par exemple en listant avec les parents toutes les compétences que l’on peut développer en jouant, y compris que des jeux éducatifs et sur la pratique de l’anglais.
Un papa prend la parole pour indiquer la nécessité de donner du sens dans la vie de nos enfants.
On arrive à dire que les enfants ont également une vigilance et une prudence parfois supérieure à la nôtre sur certains points qu’ils connaissent davantage. C’est pourquoi il est important de « s’y mettre » et de faire un pas dans le monde de notre jeunesse pour mieux comprendre les compensations que l’on met en place et ce qu’il faut « occuper » comme place relationnelle , entre les écrans et les enfants.
Il est temps de conclure et certains points d’information plus précis sont donnés, en réponse aux questions, telle que la limite d’âge indiquée sur les jeux, la nécessité d’acheter et de lire les modes d’emploi pour les parents. Il est indiqué que certains jeux sont plus « à risque » d’addiction » que d’autre comme les jeux en ligne ou en équipe. Un intervenant explique l’intérêt et le fonctionnement de certains jeux comme le Pokemon go et clash of clan.
Une intervenante explique le fonctionnement du contrôle parental. Des duos de discussion se mettent en place et permettent un approfondissement et une information plus ciblée, à l’aide du document de site « ressource » pour les parents.
Une maman raconte qu’elle a indiqué son inquiétude à son fils et qu’il a voulu lui prouver qu’il n’était pas dépendant, en se privant volontairement d’écrans, pendant 3 jours entiers !! 

Dominique Schneider
Association ATNT-18