association atnt-18
 

Au service de la médiation entre les technologies actuelles de la communication et les habitants des quartiers politiques de la ville du nord de Paris



« Peut-on parler d’addiction ou seulement de consommation excessive des smartphones »

Jeudi 12 Janvier 2017

ATNT-18 invite les habitants du quartier à des conférences, débats et ateliers dont le  but est l’éducation informelle à l’utilisation des outils numérique et des applications issues des technologies modernes de la communication.

La prévention des nuisances induites par leur omniprésence est un sujet maintes fois abordé.
C’était le cas de la rencontre débat du 11 janvier 2017 et sera le cas de la conférence organisée le 26 janvier au collège Gérard Philippe.

Comme d’habitude le thème de la rencontre a été proposé par un des participants et était lié à l’article « Peut-on parler d’addiction ou seulement de consommation excessive des smartphones »
Les participants ont échangé entre eux sur la manière dont il utilisent leurs téléphones intelligents ( I’Phone, Samsung,LG, Alcatel,WIko)
On a constaté qu’il n’y a pas une hyperconnexion, une pratique excessive. Les participants utilisent le portable entre 25-30 fois par jour, essentiellement pour répondre ou passer des appels.
Une pratique commune à tous : ouvrir le téléphone juste après le réveil pour consulter sms, messages, applications messageries et photos. Le passage par la salle de bain est suivi par une nouvelle consultation lors du petit déjeuner (ce que font aussi les enfants)
Ils affirment tous qu’ils maitrisent entièrement leur rapport aux smartphones. Ils les gardent avec eux toute la journée et les consultent dans les transports en commun. Avoir en permanence le téléphone avec eux les rassurent en ce qui concerne la possibilité de contact permanent avec la famille.
Aucun des participants ne donne pas de signe de nomophobie mais une vraie peur existe, l’angoisse que quelque chose d’imprévu peut arriver (famille, profession, vie sociale, actualité) et qu’un téléphone déchargé ou oublié à la maison aurait des conséquences douloureuses. L’utilisation augmente considérablement en lien avec les faits d’actualité, la priorité étant accordée aux applications (internet, facebook, twetter) 

A partir de ces constats, l’association à fait connaitre aux participants les recherches du sociologue Francis Jauréquiberry qui étudie depuis des années le rapport au portable et qui explique ces pratiques par la peur de rater quelque chose, ou « Fear of missing out » (FOMO)
Pour conclure ont pris connaissance que pour la communauté scientifique internationale, l’addiction au smartphone n’est pourtant pas reconnue comme telle. A ce jour, seule la dépendance aux jeux d’argent est inscrite dans le Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, manuel de référence de la psychiatrie mondiale. Les psychiatres préfèrent parler de pratiques excessives.
 


A la fin de la rencontre ont été présenté deux vidéos : « Tous addicts aux téléphones portables ? » diffusé sur « Le Monde » et le documentaire « Hyperconnexion », le cerveau en surchagé diffusé sur Arte.
Association ATNT-18